Torotoro, sur les traces des dinosaures !

Du 6 au 8 avril 2019

DE SUCRE A TOROTORO, ACCROCHEZ-VOUS, LE TRAJET EST LONG ! 

Après avoir quitté la ville de Sucre en bus de nuit à 21h, nous arrivons à Cochabamba après 8h de trajet, vers 5h du matin. Nous apprenons alors que les bus pour Torotoro ne partent pas de la gare mais d’une rue dans la ville.

Arrivés dans la rue, nous apprenons qu’il n’y a pas de grand bus pour Torotoro, sauf le soir. Pour y aller de jour, il faut prendre un minivan. Ils ont l’air vraiment vieux et vétustes, et nous ne sommes pas très rassurés. De plus, j’ai lu sur Internet qu’il faut attendre que le minivan soit plein pour partir, et les gens attendent souvent 2h. L’un des rabatteurs a son van a moitié plein. Nous négocions le tarif et acceptons de partir avec lui. Nous n’attendons que 30 minutes. Au dernier moment, nous changeons de van pour un véhicule beaucoup plus récent et moderne, trop cool !

Le trajet est long et chaotique, car la route est un sentier de terre, puis un sentier grossièrement pavé. Nous roulons 4h30 sur cette route difficile, mais le paysage par contre est magnifique ! Nous sommes entourés de montagnes. Elles sont très différentes de celles que nous avons vues jusqu’à présent. Elles sont multicolores, de différentes hauteurs, c’est vraiment beau ! Nous arrivons enfin à Torotoro vers 11h30 après plus de 12h de transport !

SE PROMENER DANS LE VILLAGE DE TOROTORO

Cette photo, bien que pas terrible, représente les randonnées autour du village de Torotoro

Avant de partir nous promener, nous décidons de passer à l’office du tourisme pour nous renseigner sur les randonnées. Nous apprenons qu’il est formellement interdit d’aller se promener seuls dans les montagnes et les environs. Il est obligatoire de prendre un guide, et de payer les droits d’entrée du parc national. Nous avons un peu le sentiment d’être « emprisonnés » dans le village, car il n’y a rien à faire à part les randonnées ! L’office nous suggère de revenir le lendemain matin vers 7h. Nous pourrons constituer un groupe pour réduire les frais de la journée.

Nous profitons du soleil pour prendre le café en terrasse dans notre hôtel. Ensuite, nous partons découvrir Torotoro. Le village est vraiment charmant, tous les habitants semblent vivre dehors, il y a beaucoup d’enfants. Les chiens errants sont vraiment gentils et semblent aimer les humains. C’est rare, car ils sont habituellement très méfiants et maltraités par les humains. La couleur dominante est le rouge terre, et il y a un mélange de constructions traditionnelles et modernes.

Nous poussons un peu et nous retrouvons au pied de la randonnée de 7 vueltas. Malgré le fait que nous n’ayons ni guide, ni droit d’entrée, nous décidons d’y aller tout de même. Je suis un peu anxieuse car je n’aime pas ne pas suivre les règles. Nous croisons un premier villageois qui nous demande où est notre guide. Connaissez-vous meilleure parade que de faire semblant de ne pas comprendre? Ça marche, il continue sa route sans se préoccuper de nous. Nous continuons d’escalader la montagne.

La vue est sublime, les montagnes forment des espèces de vagues ou d’ailerons de requins. Elles sont vertes, marrons, grises, les teintes sont incroyables ! Nous cherchons les fossiles marins que nous sommes supposés voir sur cette randonnée, mais ne trouvons rien ! Au bout d’1h30 de marche, nous rebroussons chemin et croisons un autre villageois et un guide avec deux touristes. Personne ne s’intéresse à nous et nous redescendons tranquillement jusqu’au village !

OU MANGER DANS TOROTORO ? 

C’est simple, il n’y a pratiquement aucun restaurant à Torotoro. Les quelques restaurants du village ne servent pas de repas le midi. Nous vous recommandons le Comedor, qui est la cantine locale. Nous y avons goûté la fameuse sopa de mani, une soupe de cacahuètes, accompagnée de riz et poulet. C’était bon, et surtout très économique puisque cela ne nous a coûté que 20 bolivianos à deux (environ 2.60€)!

Nous avons également mangé au restaurant « Comme à la maison », et c’était en effet comme à la maison ! La patronne parle français, elle a visiblement beaucoup voyagé dans sa vie, et nous nous sentons vraiment bien accueillis !

LES RANDONNÉES ET TOURS ORGANISÉ

ORGANISER SON GROUPE POUR LA JOURNÉE 

Comme expliqué plus haut, il est obligatoire d’avoir un guide et de réserver des tours organisés pour visiter les alentours du village. Pour cela, il faut se rendre tôt le matin devant l’office du tourisme et former des groupes. 

Nous nous levons à 6h30 afin d’être à l’office à 7h. Nous commençons par aller acheter notre droit d’entrée pour le parc national, qui coûte 100 bolivianos par personne (environ 13€). C’est vraiment très cher pour la Bolivie, mais si cela peut permettre de préserver cette nature extraordinaire, tant mieux !

Nous expliquons ensuite à la dame qui s’occupe de former les groupes que nous souhaitons faire la Ciudad de Itas et la grotte. Elle nous propose d’aller petit déjeuner tranquillement et de revenir 20 minutes plus tard, elle va nous chercher trois coéquipiers et un guide. Le nombre maximum pour former un groupe est de 6 personnes

LA CIUDAD DE ITAS

Nous avons réservé deux excursions pour la journée : une randonnée le matin et de la spéléologie l’après midi. Le tarif est de pour 106 bolivianos par personne (environ 13.5€).

Notre guide s’appelle Euse [é-ou-sé], il a 21 ans et habite à moitié à Torotoro et à moitié à Cochabamba. Il est vraiment sympa, hyper dynamique et semble bien connaitre sa montagne !

Nous roulons jusqu’à La Ciudad de Itas, où nous sommes seuls ! Le ciel est bleu et il fait bon, c’est vraiment l’idéal ! Nous commençons la randonnée, et Euse nous montre des roches de différentes formes. Il y a des lézards, un visage, un dinosaure, un mamouths, etc… C’est sympa, et c’est vrai que les roches ressemblent vraiment à ce qu’il nous décrit ! Il nous montre également une plante que l’on retrouve sur toute la montagne. Elle était utilisée par les femmes pour ses vertues contraceptives. En fait, nous nous rendons rapidement compte que c’est une plante toxique. Elle permet non seulement d’avorter, mais elle peut aussi tuer ! Pas forcément la meilleure idée !

Nous marchons entre d’immenses roches toutes rouges, escaladons par moments, et traversons de hautes grottes. Après deux heures de randonnée, nous nous retrouvons soudain sur le toit du monde ! Nous sommes sur d’énormes rochers et surplombons les montagnes. La vue est époustouflante. Nous sommes bluffés !

Nous marchons jusqu’à la voiture, il est déjà tard, et nous partons en direction du restaurant pour déjeuner. Repas simple mais bon : soupe et plat à base d’omelette et de riz, le tout pour 25 bolivianos par personne (3.30€).

INITIATION A LA SPÉLÉOLOGIE 

Après le déjeuner, c’est parti pour l’opération spéléologie dans la grotte !

Nous pénétrons dans la grotte. Elle est grande, et il y fait relativement chaud (10 degrés). Nous crapahutons sur les cailloux, descendons en nous tenant à une corde, faisons du toboggan sur les pierres et rampons entre deux rochers. Il ne faut pas être claustrophobe, car il fait très sombre et nous passons parfois dans des espaces vraiment très petits !

Euse s’amuse à nous faire peur. Il nous fait tous passer par un minuscule trou. L’un de nos coéquipiers est un peu enveloppé, et nous nous demandons tous comment il va faire pour passer. Il lui demande de rester avec lui, il passera en dernier. Nous nous hissons tous dans le trou, nous roulons dans la terre et le sable, la tête collée aux murs, avec l’angoisse de rester coincés. Quand nous nous extirpons de l’autre côté, nous voyons Euse arriver derrière nous par une grande ouverture. Il est très fier de sa blague!

Une fois de plus, nous nous étonnons des normes de sécurité totalement inexistantes. Euse semble parfaitement maîtriser son sujet, et il faut mieux lui faire confiance ! Nous ressortons de la grotte au bout de 2 ou 3h, vraiment ravis !

RANDONNÉE EL VERGEL, SUR LES TRACES DES DINOSAURES !

Pour nous simplifier la vie, nous avons demandé à Euse d’être notre guide pour le lendemain. Nous avons également gardé la même équipe, vu que l’entente était bonne! L’avantage de la randonnée El Vergel est qu’il n’y a pas de transports, nous partons à pieds depuis le village. L’excursion coûte 35 bolivianos pour nous deux, pour la demi-journée (environ 5€).

JURASSIC PARK, HERE WE COME ! 

Le premier arrêt est intéressant, puisque nous sommes sur une grande plaque de roche recouverte de traces de dinosaures. Euse nous parle un peu des dinosaures et des différentes spécificités de chacun. Je trouve ça hyper intéressant et tente de traduire pour les autres. Ce sont des archéologues français qui ont découvert toutes ces traces. Depuis, des dizaines de spécialistes sont venus à leur tour pour les étudier. Rémi est un peu perplexe et n’est pas bien sur qu’il s’agisse réellement de traces de dino.

Nous continuons sur le chemin et croisons encore de nombreuses traces. Elles sont bien visibles ! Les traces de pas sont très distinctes. Euse nous montre qu’elles appartiennent à différentes époques. Il est « facile » de les distinguer en fonction des strates de roches sur lesquelles elles se trouvent. Il nous montre aussi que certaines disparaissent à cause de la pluie, mais que d’autre apparaissent.

Je suis ravie, conquise, mon imagination déborde ! J’imagine tous ces dinosaures en train de manger et se promener tranquillement. C’est génial !

EL VERGEL, UN CANYON A COUPER LE SOUFFLE ! 

Nous empruntons ensuite un joli chemin pavé qui nous mène au Vergel. C’est un endroit magnifique avec une vue superbe sur le village et la vallée. Nous marchons un bon moment et nous retrouvons entourés de strates de roches parfaitement délimitées. L’un des endroits semble former un amphithéâtre naturel. Il est d’ailleurs utilisé pour donner des spectacles de danse ou de chant. Nous croisons ensuite des ponts en pierre totalement naturels, des rivières asséchées et arrivons soudain au canyon.

Le paysage est à couper le souffle. Le canyon est immense et totalement inattendu ! Nous profitons de ce moment avant de commencer la descente de 375 mètres qui nous mènera en bas, jusqu’à la cascade. La descente est relativement simple. Les marches sont plutôt régulières, mais il faut bien se serrer contre le mur car c’est assez vertigineux ! Nous arrivons rapidement en bas du canyon. Il faut encore escalader des rochers et passer des zones d’eau pour arriver jusqu’à la cascade. Là, nous nous reposons un moment et en profitons pour grignotons quelques en-cas. Certains se baignent mais l’eau est trop glacée pour nous !

Nous repartons ensuite pour la remontée, avec un peu d’appréhension. Elle se passe finalement mieux que prévu et nous arrivons rapidement en haut. Nous marchons encore un moment jusqu’au village, puis c’est l’heure de dire au revoir à Euse. Notre « demi-journée » se termine à 14h, et nous partons chercher un minibus pour rentrer à Cochabamba.

TRAJET CHAOTIQUE JUSQU’À COCHABAMBA ! 

Nous attrapons un minivan pour Cochabamba à 15h. C’est déjà la fin de Torotoro qui restera un réel coup de cœur dans notre voyage !

Le minivan est vraiment vieux, et au bout d’une heure de route, une odeur de brûlé se dégage des roues. Le chauffeur continue à rouler jusqu’à ce que l’odeur soit trop forte. Il s’arrête au milieu de nulle part et verse de l’eau sur le pneu, ce qui le fait crépiter et fumer. Il nous demande si nous avons de l’eau. Là, je dois dire que je suis sceptique… Deux possibilités s’offrent à moi :

  1. Donner ma bouteille d’eau au conducteur pour qu’il la verse sur le pneu, ce qui à mon sens ne servira à rien et nous laissera sans eau. Pour peu que nous restions bloqués ici des heures en plein soleil, j’aime autant avoir de l’eau.
  2. Ne pas avouer que j’ai une bouteille d’eau et aller directement en Enfer.

J’opte pour la deuxième solution, un peu honteuse, mais stratégique. La survie avant tout !

Il vide plusieurs bouteilles d’eau sur le pneu qui fume dans tous les sens. J’ai bien l’impression que ça ne à sert. Ensuite, il passe une bonne demi-heure à taper sur le pneu à coup de pieds. Il démonte la roue, il enlève ensuite le frein qui entoure la roue (rassurant). Enfin, il remet tout en place et nous repartons !

Nous arrivons à Cochabamba après 5h de route. Hop, nous sautons dans un taxi pour la gare de bus et achetons nos billets pour La Paz.

Infos Pratiques :

  • Taxi de la gare de bus de Cochabamba à la rue des Minibus : 10 bolivianos (environ 1.30€)
  • Minibus Cochabamba – Torotoro : 60 bolivianos (environ 7.80€)
  • Droit d’entrée parc national Torotoro : 200 bolivianos pour deux (environ 26€)
  • Excursion La Ciudad de Itas et grotte : 212 bolivianos pour deux (environ 27.5€)
  • Excursion El Vergel (1/2 journée) : 35 bolivianos (environ 5€)
  • Minivan Torotoro – Cochabamba : 70 bolivianos (environ 9€)
  • Taxi de la rue des minibus à la gare de bus : 10 bolivianos (environ 1.30€)
  • Bus pour la Paz + taxe de sortie de gare : 85 bolivianos (environ 11€)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *