Quelques jours dans la jolie ville de Sucre, en Bolivie

Du 3 au 5 avril 2019

Découverte des places et parcs de Sucre

Place 25 de Mayo

Une fois remis de nos émotions de la veille, que vous pouvez découvrir ici, quoi de mieux qu’une balade à pieds pour découvrir la ville de Sucre? Nous sommes agréablement surpris par ce que nous découvrons. La ville est belle, plutôt propre, et tous les bâtiments sont blancs, c’est d’ailleurs de là que Sucre tient son surnom de ville blanche. Nous marchons jusqu’à la place 25 de Mayo, c’est une grande place entourée de bâtiments historiques, joliment arborée et pavée. Les habitants aiment s’y retrouver pour discuter, traîner, et… nourrir les pigeons. Oui, ils ont une réelle passion pour ce rat volant, ils les nourrissent et semblent ravis de les voir voler tout autour d’eux et dans leurs cheveux. Chacun son truc !

L’Esplanade de la Recoleta

Arriver sur l’esplanade de la Recoleta, ça se mérite! Qui dit mirador dit hauteur, qui dit hauteur dit pente, qui dit pente dit effort, qui dit effort dit transpiration, qui dit… bref. Nous sommes contents d’arriver en haut, et de pouvoir profiter du mirador qui offre une superbe vue sur toute la ville de Sucre ! La place est calme, aérée, et vraiment agréable. Quelques personnes âgées se sont retrouvées pour tricoter ou discuter. Des amoureux s’enlacent et semblent profiter du lieu. Il y a de jolies arcades et de quoi s’asseoir à l’ombre pour se reposer.

Le parc Simon Bolivar et le petit parc pour enfants juste à côté

Le parc Simon Bolivar est un parc original, dans lequel vous trouverez des sortes de sculptures métalliques, des étangs artificiels, mais surtout beaucoup de familles et d’étudiants venus flâner au parc. Les boliviens aiment vraiment se retrouver à l’extérieur et profiter les uns des autres, et c’est agréable d’être au contact de la population.

Ce parc sympa n’est rien à côté du parc pour enfants qui le jouxte. C’est incroyable, il y a des tas de toboggans, de balançoires et tourniquets, le tout décoré sur le thème des dinosaures. Si seulement nous étions des enfants… mais non. Et puis nous ne pouvons pas rester plantés là à les regarder. C’est… bizarre !

Le cimetière

Nous n’avons vraiment pas été subjugués par ce cimetière, il faut dire qu’il était complètement en travaux. Nous n’avons donc pas vraiment pu nous balader dans les allées. Il y a d’immenses murs recouverts de vitrines, empilée les unes sur les autres. Dans les vitrines, il y a des photos, des petites babioles et des croix. Je pense que c’est parce que le cimetière manque de place, et qu’ils « enterrent » les gens en hauteur plutôt que sous terre. Nous avons également vu de jolis caveaux aussi grands que des maisons.

Quelques musées pour ne pas mourir bête! 

Casa de la Libertad

La Casa de la Libertad est l’un des musées situé sur la place 25 de Mayo. C’est un musée intéressant si l’on souhaite découvrir l’Histoire du pays et la création de la Bolivie. La guide parle théoriquement anglais, mais nous ne comprenons pas bien son accent, et finissons par décrocher et continuer la visite seuls. Tant pis, nous faisons comme les enfants et profitons avec les yeux ! Finalement, nous ne saurons toujours pas si Sucre a un jour été la capitale de la Bolivie, comme certains nous ont dit.

L’Université de Droit

Sur les précieux conseils du Guide du Routard, nous décidons d’aller jeter un coup d’œil à l’Université. L’Université de Droit de Sucre est la plus réputée d’Amérique Latine. Nous nous trompons de bâtiment et nous retrouvons dans l’administration, qui n’a rien d’incroyable ! Nous poursuivons notre chemin, déçus, quand soudainement nous tombons sur la vraie université ! C’est assez insolite pour une université, car l’ensemble ressemble à un cloître avec des arques et une fontaine au milieu.

Museo Nacional de Etnografía y Folklore (MUSEF)

Nous partons ensuite en direction du Museo Nacional de Etnografía y Folklore (MUSEF), qui est gratuit ! Nous y passons 1h30, pour visiter seulement trois salles. Le musée est en espagnol et nous avons lu et déchiffré tous les panneaux ! Ce musée est intéressant car il parle des reliques et des objets pieux dans la culture Inca, puis de la place des femmes dans la culture bolivienne, et enfin l’évolution des habitudes de consommation depuis les années 70. Je crois que les expositions changent assez souvent, en tous cas beaucoup de salles étaient fermées. Nous avons passé un moment très agréable.

Le couvent de la Recoleta

Après avoir bien profité de la place de la Recoleta, nous partons visiter le couvent. La visite se fait obligatoirement en tour guidé, il faut dire que quelques franciscains vivent encore ici, c’est donc normal que les visites soient encadrées. Il y a trois cloîtres, une église et de nombreuses chambres. Les jardins sont très beaux, colorés et fleuris. Il y a de nombreux orangers, ainsi que le plus vieux chêne de Bolivie. Il est si gros qu’il faut au moins 8 personnes pour l’entourer ! Nous trouvons le rapport des franciscains à la religion très sombre, surtout comparé aux carmélites. La guide nous explique que c’est parce que beaucoup d’entre eux ont été fait martyrs pendant leurs missions dans le monde. Il y a donc de nombreux tableaux évoquant la mort et la crucifixion, le tout dans des bains de sang et de larmes terribles.

Hotel Parador Santa Maria La Real

Nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir ce très bel endroit. C’est un bâtiment magnifique transformé en boutique-hôtel. Nous avons pu nous y promener et découvrir le rooftop qui offre une vue majestueuse sur Sucre. Il faisait un peu froid pour s’y installer et boire un verre, mais cela doit être bien agréable quand il fait beau et chaud !

Nos coups de cœur culinaires

Sucre est vraiment réputée pour ses restaurants, et c’est vrai qu’il y a du choix ! Il y a même une boulangerie française et plusieurs restaurants français. Nous aurions bien aimé les tester, la cuisine française nous manque vraiment après sept mois loin de la maison, mais il aurait fallu réserver, et les prix étaient un peu élevés compte tenu de notre budget serré. Nous avons finalement opté pour plus local, et nous nous sommes régalés !

Le marché central et le 7 Lunares

Le marché central est un incontournable de Sucre, que ce soit pour faire ses courses, grignoter quelques fruits trop bons, boire un coup ou encore pour manger.

Rémi a repéré une adresse dans un blog : le 7 Lunares. Le marché est très grand, il y a une monde fou ! Nous repérons la zone de restauration, et nous mettons en quête du fameux stand. Nous demandons aux locaux et finissons par trouver, au bout d’une petite allée. Les femmes derrière les fourneaux sont adorables et prennent le temps de nous montrer et de nous faire goûter leurs produits. Nous optons pour un sandwich au chorizo et un sandwich jambon et pâté. C’est vraiment très bon !

Mirador La Torre

Le restaurant Mirador La Torre, est situé tout en haut d’une tour d’église, avec ses cloches et ses 5 étages. C’est un endroit super sympa, la nourriture est délicieuse et le cappuccino tout à fait à mon goût. Nous avons une vue imprenable sur le centre ville. Les serveurs ont du mérite car ils montent et descendent avec les verres, les couverts, les assiettes, etc. pendant tout leur service ! C’est un endroit très sympa et romantique que nous recommandons.

Le Condor

Le Condor est un petit restaurant absolument délicieux dans lequel nous avons attendu tout la journée ! Eh oui, nous avions prévu de partir pour Cochabamba le matin, mais avons découvert qu’il n’y a pas de bus la journée, et avons dû attendre jusqu’au soir. Malheureusement, il pleuvait et nous nous sommes réfugiés dans ce café restaurant vraiment charmant. Cela nous a permis de découvrir une bonne partie de la carte !

Nous commençons par un excellent petit déjeuner à base de bruschetta, de guacamole et de tomate, un œuf et de la salade, le tout accompagné d’un capuccino. Nous nous régalons avec leur condiment à base de jus de tomate, et l’autre plutôt sucré salé à base de pickles.

Pour le déjeuner, nous dégustons leur soupe du jour au potiron. C’est un régal ! Je goutte aussi une spécialité bolivienne, la pomme de terre frite farcie au fromage. C’est très bon, mais beaucoup trop copieux !

C’est parti pour Cochabamba !

A la gare, c’est la foire ! Des gens hurlent les destinations et nous alpaguent dès le parking. C’est vraiment quelque chose ! Nous prenons notre temps, comparons, demandons à voir des photos des bus, négocions, puis achetons nos billets pour un départ à 21h. Il nous reste 3h à tuer, et nous trouvons très difficilement un café pour attendre plus confortablement qu’à la gare, le quartier est vraiment mort et triste !

Nous embarquons à 20h50 dans le bus, l’assistant du chauffeur prend nos gros sacs et les balance dans la soute sans nous donner de numéro, et nous montons chercher nos places. Le bus est confortable, nous avons de la place pour les jambes et le dossier s’incline bien. Rémi réussi à dormir, mais moi, je n’y arrive pas du tout, malgré le masque et les boules-quies… Le trajet de 8h va être long !

Infos pratiques :

  • Musée Casa de la Libertad : 15 bolivianos par personne (environ 2€)
  • Musée ethnique MUSEF : gratuit
  • Musée de la Recoleta : 15 bolivianos par personne (environ  2€)
  • Taxi Centre ville – gare de bus : 10 bolivianos (environ  1.30€)
  • Bus Sucré – Cochabamba (semi-cama) : 40 bolivianos par personne (environ  5€)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *